Équipe du projet

  • Maïtena Armagnague, Université de Genève, responsable scientifique du projet / INSHEA
  • Gwenaëlle Audren, Aix Marseille Université
  • Virginie Baby-Colin, Aix Marseille Université
  • Dorothée Barrière-Bednarek, Université de Genève
  • Audrey Boulin, Cergy Paris Université
  • Yaël Brinbaum, CNAM
  • Fatima Chnane Davin, Aix Marseille Université
  • Thomas Douniès, Université de Picardie Jules Verne
  • Anouk Flamant, INSHEA
  • Leïla Frouillou, Paris 8 St Denis
  • Aziz Jellab, INSHEA
  • Léa Keller, Université de Bordeaux Montaigne
  • Aksel Kilic, Université Paris Est Créteil / Université de Paris
  • Catherine Mendonça-Dias, Sorbonne Nouvelle
  • Geneviève Mottet, Université de Genève 
  • Julie Pelhate, CY Cergy Paris Université 
  • Céline Persini, Université de Genève
  • Clément Pin,  Sciences Po Paris
  • Jean-Luc Primon, Université de Nice Côte d’Azur
  • Isabelle Rigoni, INSHEA
  • Cécile Roaux, Université de Paris
  • Diane Rufin, Université de Genève
  • Luna Russo, Aix Marseille Université
  • Fiona Smythe, Université de Bordeaux
  • Simona Tersigni, Université Paris Nanterre
  • Mustapha Touahir, INSEE
  • Marie-Françoise Valette, Université de Poitiers
  • Céline Véniat, EHESS, CNRS
  • Alicia Zarb, INSHEA

Présentation de la responsable du projet OJEMIGR:

Maïtena Armagnague est professeure à la section des Sciences de l’éducation à l’Université de Genève (EduMiJ) et associée à l’INSHEA (Institut National Supérieur de formation et de recherche pour l’éducation des jeunes Handicapés et les Enseignements Adaptés), au Laboratoire Grhapes (EA 7287), au Centre Émile Durkheim (5116) et à MIGRINTER (UMR 7301). Elle est Fellow de l’institut Convergences et Migrations, co-responsable des projets Migriti, EVASCOL et EDUCINCLU, responsable des projets EMIGROSCOL (ICM) et maintenant OJEMIGR (ANR). Ses travaux portent sur les processus de construction des parcours socio-éducatifs d’enfants et jeunes minorisés, notamment au prisme de la sociologie de l’expérience et des relations interethniques. Ils s’intéressent ainsi aux mécanismes de catégorisations sociales et ethnico-raciales, aux modalités de participation et de mobilité sociales des personnes alterisées dans les institutions éducatives.

Présentation des doctorantes qui prennent par au projet OJEMIGR:

Léa Keller réalise une thèse intitulée “Etude anthropologique des pratiques professionnelles de la prise en charge des mineurs non accompagnés (MNA) en Gironde” en anthropologie sociale sous la direction de Chantal Crenn (ICM) et la co-direction d’Isabelle Rigoni (ICM). Les articulations faites entre cette thèse et le projet ANR Ojemigr sont liées à l’étude de l’accès à la scolarisation, des dispositifs adaptés aux besoins et aux souhaits des élèves, de l’inclusion scolaire et une réflexion approfondie sur le système éducatif/scolaire en France, l’évolution des besoins/nécessités du public, des professionnels, des réponses institutionnelles. 

Céline Persini réalise une Thèse intitulée “Les sentiments de justice des élèves primo migrants dans l’orientation post-troisième du système éducatif français” en sciences de l’éducation sous la direction de Maïtena Armagnague (ICM). Impliquée dans le projet OJEMIGR en tant que membre de l’équipe de recherche marseillaise, elle participe également à certains groupes de travail plus transversaux.

Luna Russo, réalise une thèse intitulée “La place des élèves allophones nouvellement arrivé.e.s à l’École en France” en géographie sous la direction de Virginie Baby-Collin et Fatima Chnane Davin. Sa participation au projet ANR Ojemigr lui permet notamment d’interroger la place que l’institution scolaire donne aux EANA pour la construction de leur orientation scolaire.

Fiona Smythe réalise une thèse intitulée “Élèves allophones primo-arrivants en milieu scolaire – enjeux de langues et d’apprentissage. Une étude comparative des environnements éducatifs en contexte de diversité linguistique en France et en Nouvelle Zélande” en sciences de l’éducation sous la direction de Régis Malet. Son implication dans le projet ANR Ojemigr est l’occasion d’approfondir son intérêt pour les expériences scolaires de l’EANA au sein du système éducatif français, sous l’angle de l’orientation et de l’accès équitable à l’enseignement secondaire. En tant que chercheure bilingue et formatrice d’enseignants, elle offre des opportunités de diffuser les résultats du projet OJEMIGR en anglais, afin d’atteindre un public international.

Alicia Zarb, réalise un thèse intitulée “Sociabilités juvéniles et construction des choix : le cas de l’orientation scolaire des jeunes migrants en année de troisième” en Sciences de l’éducation sous la direction de Maïtena Armagnague (ICM). Lauréate d’un contrat doctoral financé par l’ANR au sein du projet de recherche OJEMIGR, elle participe au travail de recherche qui nourrit sa thèse et est en appui à la coordination du projet.